Comment devenir immortel

Une vidéo sur ma chaîne Youtube traitera ce sujet prochainement

Notre espérance de vie a augmenté et elle va exploser !

Au XVIIIè, la moitié des enfants mourraient avant l’âge de 10 ans. On vivait en moyenne entre 20 et 30 ans, cela laissait peu de temps pour flâner car la descendance devait vite être assurée.

Aujourd’hui, nous sommes arrivés à un degré de civilisation très avancé, l’industrialisation a permis l’abondance des ressources. La recherche en médecine (exemple 1) et les nouvelles technologies (exemple 2) permettent de percer les mystères du corps humain, nous pouvons donc mieux nous soigner mais aussi nous prévenir des maladies avec une hygiène de vie respectueuse de nos besoins physiologiques.

La nouveauté au XXIè, ce n’est plus de simplement combattre les maladies, c’est de nous prévenir de tous les maux, et le plus fatal, pour n’importe quel être humain, c’est le vieillissement puisqu’il aboutit indéniablement à la mort.

Nous sommes les premiers à pouvoir envisager sérieusement l’immortalité

C’est un vieux fantasme que nous sommes en train de réveiller. La religion, la littérature, les œuvres de sciences-fiction, autant de manières déployées pour raconter la vie, la mort et l’au-delà.

Mais passons aux choses sérieuses (disons rationnelles) : La science !

Vie éternelle, plutôt qu’immortalité parce qu’elle écarte les effets du vieillissement mais ne protège pas contre un accident, cela rend la cause plus réaliste.

Nous sommes arrivés à un stade où les découvertes se succédant, nous allons connaître un BOOM de notre espérance de vie et nous retrouver de plus en plus à des choix qui s’apparentent à des refus de mourir.

Pour des gens normaux, c’est tout ce que la sécurité sociale veut bien offrir, cela consiste à nous soigner et dans le meilleur des cas, prévenir certaines maladies. 

Pour des gens plus fortunés, leur argent peut leur offrir tellement plus comme de meilleurs diagnostics mais surtout les premières méthodes de ralentissement du vieillissement (exemple 1). La chirurgie esthétique pour se rajeunir, c’est déjà le passé.

Quelques pistes scientifiques vers la vie éternelle

Le coût du séquençage ADN

l'effondrement du coût de séquençage d'un génome humain n'a pris que quelques

Si on veut pouvoir faire évoluer la nature humaine et renverser les processus de vieillissement, il faut pouvoir l’étudier à son essence : dans l’ADN. La baisse significative du coût de production permet d’ouvrir la voie de la recherche à beaucoup plus de personnes et donc de multiplier les chances de percer tous les secrets du génome humain.

Étudier d’autres espèces vivantes

Dans le règne animal, on a le requin du Groenland qui vit jusqu’à 400 ans ! Les plus vieux de cet espèce doivent certainement nous prendre pour des fous à répéter inlassablement les mêmes idioties au cours des siècles.

Il existe des bizarretés de la nature encore plus surprenantes comme le Tardigrade qui peut arrêter son métabolisme (cryptobiose) et devenir presque indestructible, ou encore la méduse Turritopsis nutricula capable de régénérer ses cellules à l’infini, elle peut donc vivre éternellement. 

L’étude de ses espèces pourrait aider à rapporter certaines de ces caractéristiques à l’humain. 

Le transhumanisme : se réparer, s’améliorer

On transplante déjà des organes à des patients malades et nous sommes sur la voie de créer de plus en plus d’organes synthétiques pleinement fonctionnels. Ainsi nous pourrons traiter beaucoup plus facilement certaines pathologies puisqu’il s’agira uniquement de remplacer les organes malades de notre corps par leurs homologues synthétiques.

A cela s’ajoute un nouveau débat, est-ce que je me répare, ou j’en profite pour m’améliorer ?

Par exemple, est-ce que si on fait poser une main électronique au moignon d’un amputé du bras, je lui confère des caractéristiques humanoïdes ou je l’améliore en lui donnant la possibilité de faire une rotation du poignet à 360° ? Et si on accepte, est-ce qu’on est encore humain ?  

Organes synthétiques, exosquelettes, extensions de cerveau … Les possibilités sont infinies pour nous réparer et nous améliorer.

Et puis si vous en avez marre de vivre dans un corps, vous n’aurez qu’à transférer votre conscience dans un ordinateur !

Combattre le vieillissement

Les thérapies géniques, le clonage, la régénérescence cellulaire …

Tant de termes encore réservés à la recherche ou pour certains qui ont les moyens. Des sociétés spécialisées y travaillent mais on touche encore aux débuts de ses disciplines qui vont connaître un réel essor dans les prochaines décennies.

Comment rejoindre les immortels

Plus sérieusement, nous nous trouvons à un croisement où nombreux sont nos choix qui peuvent être décisifs sur notre espérance de vie.

A l’heure où l’humanité connaît des inégalités comme jamais, celles-ci se creusent aussi en matière de santé avec des personnes fortunées qui ont accès à des privilèges comme ralentir leur vieillissement, et de l’autre, des populations qui connaissent encore des famines pour les cas extrêmes, ou des maladies de civilisation (obésité, diabète …) qui réduisent encore l’espérance de vie.

La compétitivité des marchés pourra rendre ces technologies plus accessibles à tous dans le futur, c’est pourquoi il n’a jamais été autant intéressant d’être en bonne santé, car nous nous certifions de faire partie des premières générations à connaître ses progrès. Chacun doit pouvoir :
Se mettre à l’abri des maladies dites de civilisation en respectant au mieux les besoins physiologiques de son corps. Vie active, alimentation variée, limiter les substances addictives. Autant d’actions que n’importe qui peut mettre en place diminuant les risques de toutes sortes de maladies : obésité, cancers, diabète, cholestérol … En diminuant tous ses facteurs, vous augmentez considérablement vos chances de vous exposer uniquement au vieillissement. 

– Faire les bons choix politiques, et pour cela, il appartient à chacun de déterminer ce qui est le mieux. Mais plus le système creusera des inégalités sociales, et plus la santé des classes dominantes supplantera les autres. La domination sera totale. Le fossé deviendra infranchissable.

Et si on ne veut pas vivre éternellement ?

Dans l’état actuel des choses, la question est intéressante puisqu’elle vient bousculer le sens que l’on accordait à la vie comme quelque chose qui a une fin, voulue ou non. Mais qu’en serait-il si on le demandait à cette méduse qui a la vie éternelle ou à ce charmant Tardigrade dont la durée de vie est encore indéterminée ?

Nous sommes dans une période où nous devrons nous remettre en question, mais est-ce que les générations futures rejetteront cette nouveauté ?

Ne pas vouloir vivre éternellement reviendrait à un refus de se soigner, mais alors pourra-t-on appeler cela un suicide ?

Il y a déjà des gens qui refusent d’être soignés, souvent par peur de souffrir ou parce qu’il peut sembler plus simple de ne rien faire.

Mais si un jour nos gènes inversent les processus de vieillissement, il nous faudra alors prendre un traitement pour vieillir !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *